goviril blog

Goviril et Virilway


Poster un commentaire

Le sexe à tous les âge pour tous

sexe coupleLe sexe sous l’influence hormonale

À la fin de l’adolescence, les garçons de 15 et 20 ans ont une évolution contraire à celle des filles. Alors que l’organisme des garçons se remplit de testostérone, les hormones qui vont faire fonctionner la machine sexuelle de l’homme, les filles elles sont en plein romantisme.

Les garçons à cet âge ont « la tête à l’envers » et ne pensent qu’aux exploits de leur sexe. Les filles vont utiliser leur instinct romantique pour trouver un partenaire, mais ce n’est pas pour cela qu’elles n’ont pas de pulsions. C’est au travers de leurs besoins relationnels, d’affectif et de sensualité quelles vont développer tous leurs charmes. La fréquence des masturbations est beaucoup plus soutenue chez les garçons ; une par par jour en moyenne que chez les filles de cet âge ; une fois toutes les deux semaines. Alors que les nanas de cet âge sont à la recherche d’un prince charmant (ou servant peut-être !) les mecs, eux sont dans le « génital ».

La pratique du sexe sous l’appréciation de l’autre

Entre 20 et 30 ans, hommes et femmes sont encore retranchés dans leur cloisonnement. Les garçons s’entendent dire qu’ils ne pensent qu’à eux et qu’ils sont de véritables obsédés, alors que les mecs sont au sommet de leurs performances sexuelles et qu’ils ont besoin de le démontrer !! Ils veulent avoir un gros pénis pour devenir des amants performants. Les filles aspirant à toujours autant de romantisme, ne sont pas du tout dans la même approche du sexe que les garçons.

Ce sont les filles qui vont faire l’éducation du désir et du plaisir de l’homme, qui va apporter à la bestialité des mecs, la sensualité et la tendresse, la culture du désir amenant progressivement à l’orgasme. Cet apprentissage au plaisir sexuel, rapproche l’homme de la conception qu’à la femme des rapports amoureux, plus émotionnels et plus érotiques.

Alors que la femme peut avoir plusieurs orgasmes consécutifs, l’homme « décharge sa batterie » en une seule fois !! Pour harmoniser l’acte sexuel, le garçon devra apprendre à ajuster ses émotions pour retenir son éjaculation. Il devra faire l’apprentissage des paliers émotionnels, qui amèneront le couple à l’orgasme.

Le sexe du couple s’épanouit

À l’âge de 30 à 40 ans, le couple a des ambitions, il est préoccupé et investi dans son avenir professionnel et familial. Cette avidité et ces ambitions affichées par chacun des partenaires composant le couple, mettent des barrières à la vie sexuelle du tandem. Mais pour conserver le désir et accéder au plaisir, le couple fait appel à la créativité et à l’innovation, malgré le stress et les embarras de la vie au quotidien.

En terme de créativité, il y a toute une gamme de jouets sexuels, des positions sexuelles différentes ou encore des méthodes de masturbation.

La vie du couple de 40 à 50 ans

Le couple s’est rejoint à cet âge et se complète parfaitement. Le meilleur équilibre se forme autant au niveau de la sensualité que de la sexualité. C’est le point culminant de l’entente sexuelle du couple. Mais les corps changent, l’érection de l’homme est moins dure, moins spontanée et moins durable. L’important et que le couple ne considère pas ces transformations comme des défaillances, mais comme une évolution normale de leur corps et de la vie du couple ! Heureusement pour ceux qui n’acceptent pas les transformations de leur corps , il y’a des solutions naturelles.


Poster un commentaire

Les femmes sélectionnent leurs reproducteurs

reproducteursC’est inscrit dans leur carte génétique, les hommes sont conçus pour offrir leur semence au maximum de femmes qui leur est possible de séduire.

Pour ce faire, les hommes sont également programmés pour choisir les plus belles filles. La tâche des femmes est aussi prédéfinie par la nature ; concevoir les plus beaux bébés et donc n’accepter le sperme que des plus beaux géniteurs !!

Il est donc logique qu’une sélection naturelle se produise et que les plus beaux mâles, les plus belles femelles se reproduisent davantage. L’équilibre de notre société est assuré par cette sélection naturelle.

Les croyances populaires sont confirmées, la taille du sexe de l’homme est importante pour les femmes

Tenez-vous bien, une étude Australienne, vient de démontrer que les femmes prêtent une attention non négligeable aux hommes bien faits et gâtés par la nature.

Ces mêmes savants nous expliquent que durant les époques préhistoriques, du temps où les hommes ne s’habillaient que d’une peau de bête, les femmes élisaient leurs partenaires par la taille de leur sexe. Une expérience menée par cette équipe a démontré que les femmes en étaient toujours à ce même critère sélectif. 105 femmes toutes hétéros. ayant un âge compris entre 18 et 53 ans, auxquelles l’on a visionné des représentations de la gante masculine, bien entendu, tous « charpentés » et gâtés par la nature de façon bien différente.

On a confié aux femmes le soin de noter chaque homme, par rapport à son attractivité sexuelle, sur une échelle de 1 à 7. Ce qui a était démontré par cette étude, c’est que la taille du sexe a son importance, mais en rapport avec la largeur des épaules et la taille des mâles présentés. Il est probable qu’une harmonie devait être présente sur les photos diffusées.

Les femmes nous disent qu’il y a une limite

Certains mâles sont en dehors des statistiques. Les femmes s’expriment à ce sujet, nous révélant qu’au-delà d’une taille et d’un diamètre raisonnables les hommes deviennent moins attractifs. Les femmes n’imaginent peut-être pas être ensemencées par ce gendre d’instruments ? Dans une note d’optimisme, l’étude a révélé que 80 % des femmes considèrent que c’est l’harmonie de la structure du corps de l’homme qui compte dans leur choix et que seulement 36 % des femmes choisissent de sélectionner les hommes au travers de la taille de leur pénis. Elles font parler leur inconscient !

L’expérience des femmes

Cette étude australienne épluchée, reste à savoir si les femmes qui ont été sélectionnées pour participer à cette expérience ont jugé par goût et par affinité et non pas en rapport avec leur expérience personnelle des gros baraqués mal charpentés ou des petits bonshommes super bien montés !!

Il est regrettable qu’aucune étude ne soit réalisée dans un pays indigène, auprès d’une population habillée de peau de bête, ou même pas habillée du tout !! La pertinence aurait était édifiante ; le choc de l’identité sexuelle, du monde dit civilisé face aux contrées soi-disant reculées. Est-ce que le choix des femmes serait influencé par les mêmes morphologies ?